inicio sindicaci;ón

Actualité citoyenne

Bienvenue dans ce laboratoire de l’actualité populaire, citoyenne, communautaire, sociale et engagée. Pour en savoir plus.

Les droits autochtones sous clé

[Communiqué du Collectif de solidarité Lac Barrière]

LES DROITS AUTOCHTONES SOUS CLÉ: Manifestation en soutien des Algonquins du Lac Barriere et le chef Benjamin Nottaway incarceré

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
le jeudi 8 janvier 2008, à midi
devant le bureau de Jean Charest
au coin du Collège McGill et de Sherbrooke.
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

* Apportez bannières, pancartes, et outils sonores…

Le chef intérimaire du Lac Barrière et père de six enfants, est incarcéré.
Benjamin Nottaway passe la période des Fêtes en prison. Il est un prisonnier politique des gouvernements du Québec et du Canada, qui ont emprisonné un dirigeant autochtone lors d’une contestation pacifique plutôt que d’honorer des ententes historiques et de respecter le processus de sélection des dirigeants de la communauté comme le veut la coutume.

Joignez-vous aux membres de la communauté du Lac Barrière à Montreal alors qu’ils exigent que le gouvernement québécois respecte ses promesses, libère le chef intérimaire Nottaway de prison, et qu’il cesse la criminalisation de la communauté et de ses dirigeants

PLUS D’INFORMATIONS sur le site de solidarité lac Barrière

Catégories : Actualités, Événements

[vidéo] sur les derniers événements du Lac Barrière

Je vous présente plus bas la vidéo du deuxième barrage routier sur la 117 du 19 novembre dernier, dû aux revendications de la communauté algonquine du Lac Barrière.

Comme l’avait mentionné Santiago dans un autre billet, « le cas du Lac Barrière et une affaire assez complexe où il est entre autres question d’un accord trilatéral (Algonquin, gouv. fédéral, gouv. provincial) qui n’aurait pas été respecté. Accord qui, s’il était appliqué, permettrait à la communauté du Lac Barrière d’obtenir des redevances sur l’exploitation des ressources naturelles. » Dans son billet, vous pouvez lire un extrait du document de Ressources naturelles Canada qui explique l’Accord Trilatéral du Lac Barrière.

Comme lors du barrage qui avait eu lieu au début du mois d’octobre dernier, la manifestation pacifique de Lac Barrière s’est terminée par de la répression policière, l’arrivée des anti-émeutes pour libérer la voie routière des quelques dizaines de personnes présentes et l’arrestation de 5 personnes, dont l’ancien chef, Benjamin Nottaway. D’ailleurs, le 4 décembre, il a été reconnu coupable de 45 jours en prison à cause de son implication dans la défense d’une communauté qui veut tout simplement avoir la possibilité de négocier avec les gouvernements et de faire respecter les ententes déjà conclues.

Marylynn Poucachice, une porte-parole de Lac Barrière qui a été arrêté pendant le blocus de Novembre, spécifie dans un communiqué de Solidarité Lac Barrière que le « Québec a maintenant rejoint l’Ontario, qui emprisonna les chefs de la première nation de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug (KI) et des Algonquins d’Ardoch pour une démonstration pacifique. La méthode préférée des provinces pour s’occuper de nos droits semble être l’utilisation de la police et des tribunaux jusqu’à ce qu’on oublie que nous en avons.»

Video du deuxième blocus du Lac Barrière, novembre 2008:

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Le groupe de Solidarité avec le Lac Barrière, qui est constitué de bénévoles autochtones et non-autochtones, suit de près la situation et propose des actions à entreprendre pour appuyer la communauté.

Aussi, vous pouvez visionner une autre vidéo de The Reel News Network sur le dernier blocus qui montre bien la situation.

Catégories : Actualités, À voir

« On lance les dés à la mémoire de Fredy »

Je vous propose cette vidéo réalisée par Indymedia-Montréal. Il s’agit d’un très bon compte rendu de la manifestation du 13 décembre dernier organisée par la Coalition contre la Répression et les Abus Policiers (CRAP).  Cette manifestation avait pour but de  rappeller la mort injuste de Fredy Villanueva qui a été abattu au moins d’août dernier par un policier. C’est d’ailleurs cette tragédie qui avait déclenché les émeutes de Montréal-Nord. Les manifestants réagissaient au fait qu’aucune accusation n’ait été portée contre l’agent qui a tiré sur le jeune Fredy Villanueva.

Le thème du tournoi de dés a été choisi afin de rappeller que toute cette tragédie a commencé par une simple partie de dés que la police a jugé illégale…

[vidéo] Fredy Villanueva : 4 mois plus tard à Montréal Nord - Tournoi de dés au parc Henri-Bourassa
production: Indymedia-Montréal

Catégories : Actualités, À propos de..., À voir

Le privé en santé - La déclaration de guerre de M. Couillard

[ Actualité citoyenne vous propose ce texte de Lorraine Guay sur le thème de la lutte contre la privatisation du système de santé. L'article provient du site de Cybersolidaires. ]

Le privé en santé - La déclaration de guerre de M. Couillard
Par Lorraine Guay, infirmière à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay

Quel hasard! Au lendemain même des élections, l’ex-ministre de la santé du PLQ lance un vibrant plaidoyer en faveur d’une plus grande ouverture au secteur privé dans la santé : de la musique sans doute aux oreilles de M. Charest, désormais majoritaire à l’Assemblée nationale. Ce gouvernement, hélas, a maintenant les coudées franches pour continuer d’aller de l’avant dans cette direction. Et l’intervention de M. Couillard doit être comprise pour ce qu’elle est : une véritable déclaration de guerre au réseau public de santé et aux citoyens et citoyennes que nous sommes.

Car ce monsieur, avec le même aplomb qu’on lui reconnaissait dans ses fonctions antérieures, continue de propager les mêmes mythes mensongers selon lesquels - pour reprendre ses propos devant l’Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux - «l’ouverture au privé est décidément l’avenir du système de santé québécois». Martelés par de telles affirmations jamais démontrées, lavés par les arguments fallacieux des «think tank» de la droite tel l’Institut économique de Montréal, nos cerveaux sont devenus des territoires occupés par cette idée que les entrepreneurs privés en santé seraient devenus les sauveteurs bienveillants d’un système public présumé en faillite, qu’ils seraient les seuls capables d’augmenter l’accessibilité, de réduire les listes d’attentes, de diminuer les coûts et d’augmenter la qualité des soins.

Et de ramener à l’avant-scène le rapport Castonguay que M. Couillard avait prudemment mis dans l’ombre comme ministre de la Santé… et dont il redécouvre maintenant les vertus en tant qu’homme d’affaires. Un exemple parmi d’autres : il nous revient avec les tickets modérateurs présumés «bons dans la mesure où ils permettent de financer le réseau et de modifier le comportement des gens». Cet argument a été maintes fois démoli, non par de vilains gauchistes, mais par l’Organisation mondiale de la santé, l’OCDE, le rapport Romanov, l’Avis du Conseil de la santé et du bien-être du Québec de l’époque présidé par… un ancien sous-ministre de Robert Bourassa, le Dr Paul Lamarche.

Le Dr Couillard connaît parfaitement le terrain politique dans lequel il intervient désormais comme chantre des lobbys privés de la santé : il est l’architecte de la loi 33 qui légitime désormais le recours aux assurances privées duplicatives pour des interventions déjà pratiquées dans le réseau public; il s’est fait le promoteur de la multiplication des cliniques privées spécialisées, du recours à la sous-traitance et aux partenariats publics-privés dont son gouvernement a sciemment tu les effets désastreux dans les pays où on les a déjà utilisés. La juriste et spécialiste de ces questions, Marie-Claude Prémont, rappelait récemment que tout l’appareillage juridique, réglementaire et administratif est actuellement en place pour ouvrir une porte encore plus grande au privé dans la santé. Faut-il rappeler que notre système est déjà privatisé à hauteur de 30%! Triste héritage de M. Couillard qui nous affirmait, la main sur le cœur, lors de la commission parlementaire sur son Livre blanc, que s’il était favorable à cette ouverture, c’était pour protéger le public!!!!! Le Québec est maintenant devenu la province canadienne où la privatisation est la plus avancée, devenant le «maillon faible» de la Loi canadienne sur la santé et donnant des munitions aux conservateurs de M. Harper pour s’en débarrasser à plus ou moins long terme.

Pourquoi interdire à certains citoyens de profiter des soins de santé, s’ils payent?, nous demande M. Couillard. Voilà en effet le fond de la question. Proposer une telle avenue relève d’abord de l’irresponsabilité politique et d’un manque de rigueur au plan économique, car le Dr Couillard en connaît très bien les conséquences : système parallèle public/privé à deux vitesses, désengagement des médecins du système public et migration vers le privé, dépendance face aux compagnies d’assurances dont il est impossible de contrôler les coûts exponentiels et donc augmentation des coûts globaux pour la population, diminution de la qualité des soins, accroissement des inégalités en santé, etc. Il sait aussi très bien qu’il existe des solutions publiques aux problèmes du système de santé québécois : sous la direction du Dr. Simon Turcotte, les médecins pour un régime public n’ont pas cessé de proposer de telles solutions. Quand le gouvernement les écoutera-t-il?

Permettre l’accès aux soins en fonction de la hauteur du portefeuille des gens, c’est opérer un formidable retour en arrière et revenir à cette époque pas si lointaine où nos parents devaient se ruiner pour se munir d’assurances privées et où la maladie constituait la principale cause d’endettement des familles québécoises. Plus encore, c’est assujettir le droit à la santé au pouvoir des marchands dont les valeurs d’égalité devant la maladie et de solidarité des uns envers les autres constituent le dernier de leurs soucis. La crise financière qui nous décime saura-t-elle nous libérer de cette sacralisation du libre marché dans tous les secteurs de la vie et surtout en santé, en éducation, en culture?

Pourquoi se laisser impressionner par l’incantation du Dr Couillard en faveur de la privatisation de notre système de santé, au moment même où le nouveau président des États-Unis s’apprête à faire le chemin inverse et à tenter, même timidement, de sortir son pays des affres de la médecine privée? Le Center for Studying Health System Change rappelait d’ailleurs durant la campagne électorale américaine que «près d’une famille américaine sur cinq avait du mal à payer ses factures médicales l’année dernière, soit 57 millions d’Américains, dont la grande majorité bénéficie pourtant d’une police d’assurance. Plus de la moitié de ces familles ont dû faire un emprunt pour payer leurs soins de santé; prise à la gorge, une minorité non négligeable a envisagé de faire faillite». Voulons-nous vraiment nous précipiter dans cette direction?

M. Couillard dit avoir quitté la politique pour «s’engager dans les débats d’idées, dont celui de l’avenir des systèmes de santé» : alors que le combat d’idées commence vraiment! Et pourquoi pas une forme de BAPE en santé à la place des traditionnelles commissions telles Clair, Ménard et Castonguay qui ont toutes, chacune à leur façon, pavé la voie au privé en santé? La population doit avoir en main toutes les informations lui permettant de se faire une opinion éclairée sur l’orientation à prendre compte tenu des répercussions énormes sur notre présent et sur les générations futures. Mais ne nous y trompons pas : seule une puissante mobilisation des citoyens et citoyennes permettra de «tenir la bride» au gouvernement de M. Charest dans sa marche vers la privatisation accrue de notre système de santé et de services sociaux et de tourner les projecteurs vers la recherche et la mise en œuvre de solutions publiques.

————————————-

Actualité citoyenne a réalisé un film sur le sujet en mars 2008, cliquez sur le titre du film pour le visionner:

[vidéo] Lutte contre la privatisation du système de santé
réalisation: Santiago Bertolino

Catégories : Actualités

Dialogue pour la vie

Je filme cette semaine le colloque Dialogue pour la vie qui réunit plus de 700 personnes des Premières Nations et Inuits du Québec-Labrador, et qui vise à échanger des idées, stratégies et projets sur la prévention du suicide et sur les problématiques sociales dans les communautés autochtones.  Également dans ce billet je vous propose quelques liens de vidéos à voir sur le web, ne manquez pas la section qui se trouve au bas.

C’est l’Association Prévention Suicide Premières Nations et Inuits du Québec et du Labrador qui organise le colloque depuis maintenant 6 ans et qui m’a demandé de filmer l’événement. Je ne connaissais pas ce colloque qui est pourtant d’une grande envergure, réunissant les 11 nations du Québec et où il règne une belle synergie entre les participants, qui sont pour la plupart des intervenants sociaux, professeurs et citoyens qui travaillent à la transformation sociale de leur milieu.

La cérémonie d’ouverture d’hier matin regorgeait d’énergie, de rires et d’échanges, annonçant bien les 3 jours à venir remplis d’ateliers et de présentation sur des thèmes comme; le suicide et les impacts intergénérationnels des pensionnats et traumas historiques, les stratégies de guérison individuelle, familiale et communautaire (violence, abus sexuels, dépendances), l’enseignement des aînés, l’engagement des jeunes, la présentation de projets exemplaires…


Le colloque permet donc aux différents acteurs de changements d’échanger sur les projets qui se font dans les autres communautés, de partager leurs forces et réussites et d’alimenter leurs réseaux.
Les gens avec qui j’ai discuté ont tous comme objectifs de retourner dans leur communauté avec bien des connaissances supplémentaires au niveau de la prévention du suicide, des idées de projets qui alimenteront leur travail et de créer des liens avec d’autres nations. Ils spécifient bien sûr qu’il y a beaucoup de travail à faire encore, mais que les communautés se prennent de plus en plus en main et beaucoup de projets voient le jour afin de générer de l’entraide à tous les niveaux.
Chez les jeunes autochtones de 15 à 24 ans, le suicide est à la source du quart des décès et se place au second rang des causes de mortalité après les accidents de la route. L’histoire de l’assimilation des autochtones, des pensionnats indiens qui ont eu cours jusqu’à la fin des années 70 sont des traumatismes historiques qui ont entraîné de trop nombreuses séquelles et répercussions intergénérationnelles. 1 enfant sur 6 a fréquenté le pensionnat! La guérison doit suivre un processus qui prend du temps mais qui est bel et bien en marche.

À voir en ligne:

À propos des pensionnats indiens, je vous conseille de visiter l’exposition en ligne : Que sont les enfants devenus? qui offre des visites en 3D des pensionnats, plein de vidéos et témoignages des survivants du pensionnat.
J’ai aussi trouvé dans les archives de Radio-Canada plusieurs reportages, dont un film tourné en 1957 qui nous livre des images saisissantes d’un groupe d’enfants qui arrivent au pensionnat.

Il y a plusieurs sites et documents pertinents sur le suicide et la santé chez les autochtones, sur le site du colloque ont retrouve plusieurs ressources et liens.

==========
:: Je vous prépare dans les semaines à venir un petit résumé vidéo du colloque Dialogue pour la vie. ::

==========

Catégories : Actualités, Événements

Une marche aux allures de révolution

Le 25 novembre dernier avait lieu à Niamey, la capitale du Niger en Afrique, une marche pour célébrer l’ouverture du 5e Forum social africain. Selon le journal La Flamme d’Afrique, 10 000 à 15 000 personnes de tout le continent se sont déplacés pour participer à cette manifestation. Les jeunes et moins jeunes étaient nombreux à scander des slogans anti-impérialistes et la fanfare battait des airs à plein régime. Le tout donnait à cette marche des allures de révolution.

Après plus d’une heure à déambuler dans les rues de la capitale nous nous sommes retrouvés devant l’Assemblée Nationale pour assister aux discours enflammés “d’une autre Afrique est possible” slogan symbolisant un changement plus que tardif qu’attendent des millions d’africains à vif de prendre leur destiné en main. À ce moment, nous avions l’impression que tout Niamey était présent tellement l’atmosphère était intense. Cependant, après réflexion, il ne faut pas oublier que pour la majeur partie des Nigériens, les manifestations sont un luxe à leur survie quotidienne.

Moi et Santiago sommes venus à Niamey dans le cadre d’un projet en partenariat avec Alternatives afin de filmer des groupes et des individus qui essaient de changer les choses. Le Forum social africain était notre premier sujet. Soyez aux aguets, nous mettrons en ligne une autre vidéo qui montre une soif de changement d’ici la fin de notre séjour en Afrique.

vidéo: LA MARCHE DU 5e FORUM SOCIAL AFRICAIN
réalisation: Steve Patry et Santiago Bertolino
durée: 6min.10s

embedded by Embedded Video

Catégories : Actualités, À voir